Préparer son départ

Études, stage, job, volontariat, voyage… vous partez à l’étranger pour une courte ou longue durée ?
Même si ce n’est pas la partie la plus passionnante de l’aventure, il faudra passer par l’étape préparation pour vous assurer un séjour réussi et sans galère.
Nos infos et conseils.

Papiers

En Europe

Une carte d’identité ou un passeport en cours de validité suffit pour vous étudier, travailler et séjourner dans un pays de l’Union européenne (UE). Si vous partez plus de 3 mois, vous devrez vous présenter auprès des autorités locales dans certains pays (mairie ou commissariat de police) pour obtenir une attestation d’enregistrement de durée illimitée.
europa.eu

À l’international

Hors UE, il vous faudra être en possession d’un passeport et d’un visa adapté au but de votre voyage (tourisme, emploi, études). Contactez l’ambassade ou le consulat en France du pays où vous vous rendez, il vous informera sur les conditions d’entrée et de séjour dans le pays et les pièces à fournir.

Pour les longs séjours, l’inscription au registre des français établis hors de France est conseillée, notamment pour vous inscrire sur les listes électorales ou obtenir une nouvelle carte d’identité. Contactez le consulat français de votre pays d’accueil ou rendez-vous en ligne sur service-public.fr

 

Sécurité sociale et santé

En Europe

Demandez la carte européenne d’assurance maladie à votre caisse d’assurance maladie (CPAM). Gratuite et valable 2 ans, elle vous permettra d’attester de vos droits à l’assurance maladie et de bénéficier d’une prise en charge sur place de vos soins médicaux, selon la législation et les formalités en vigueur dans le pays de séjour.
ameli.fr

Si vous avancez vos frais médicaux ou avez une consultation privée, conservez vos factures et justificatifs de paiement et adressez-les à votre caisse d’assurance maladie, avec le formulaire S3125 « soins reçus à l’étranger », pour vous faire rembourser à votre retour en France.

Pour les salariés, la protection sociale varie selon les statuts :

  • les salariés détachés par une entreprise française continuent à bénéficier de la sécurité sociale française,
  • les salariés expatriés et les travailleurs frontaliers relèvent du régime de sécurité sociale du pays où ils travaillent, et ils cotisent au régime de leur pays d’accueil. Ils peuvent cependant choisir de continuer à bénéficier du régime de l’assurance maladie française en adhérant à la Caisse des français de l’étranger (CFE).

À l’international

Hors UE, seuls les soins urgents et imprévus pourront éventuellement être remboursés par votre caisse d’assurance maladie sous certaines conditions, mais vous devrez régler vos frais médicaux sur place. Quelle que soit votre destination, il est conseillé pour un long séjour de souscrire un contrat d’assistance ou d’assurance privée, qui garantit le remboursement des frais médicaux engagés et le rapatriement sanitaire. Enfin, selon les pays, des vaccinations peuvent être nécessaires, voire obligatoires.

ameli.fr
cleiss.fr
cfe.fr

 

Indemnités chômage

Si vous partez chercher du travail dans un autre pays de l’Union européenne, l’Espace économique européen (EEE) ou la Suisse, vous pouvez continuer à percevoir vos indemnités chômage pendant 3 mois maximum. Renseignez-vous sur les différentes démarches à effectuer auprès de votre conseiller Pôle emploi.

Pôle emploi > indemnisation du chômage en Europe

Enfin, si vous rentrez en France après avoir travaillé à l’étranger, Pôle Emploi peut vous verser, sous conditions, une allocation temporaire d’attente (ATA).

 

Impôts

Il n’y a pas d’harmonisation fiscale en Europe. Dans la plupart des pays européens, les impôts sont retenus à la source (sur le salaire). Le pays dans lequel vous allez payer vos impôts dépend de votre domiciliation fiscale et de l’existence ou non d’une convention fiscale entre la France et votre pays d’accueil. N’hésitez pas à contacter votre centre des impôts en France pour donner votre nouvelle adresse à l’étranger et déterminer votre future résidence fiscale.

europa.eu
impots.gouv.fr

 

Argent

Si vous souhaitez utiliser votre compte français pendant votre séjour à l’étranger, examinez les conditions (coût des virements, commissions et frais de retraits, plafonds de retrait et de paiement…). Dans l’Union européenne, vous pouvez utiliser votre carte sans frais supplémentaires.

Si vous choisissez d’ouvrir un compte à l’étranger, les justificatifs demandés (attestation d’identité, de domicile, d’études…) varient selon les banques et les pays. Vous pouvez opter pour une banque internationale. De plus, certaines banques peuvent inclure des services supplémentaires, comme l’assistance ou le rapatriement.

Conseil pratique : scannez vos documents administratifs et bancaires importants avant de partir et envoyez-les vous sur votre boîte mail ou sur un cloud. En cas de perte, vous aurez des doubles numériques.

 

Logement

Logement temporaire

Auberge de jeunesse, chambre  chez l’habitant, gîte… : ces formules vous dépanneront pour quelques nuits, le temps de trouver un hébergement durable. De nombreuses plateforme de réservation en ligne existent :
airbnb.fr
couchsurfing.com (le couchsurfing est une formule d’hébergement gratuit entre particuliers, basée sur l’échange d’hospitalité.)
hihostels.com (auberges de jeunesse)
yestudent.com

Logement de longue durée

  • Si vous partez dans le cadre d’un programme d’échanges universitaires, contactez le service des relations internationales et les anciens étudiants de votre établissement, ils auront sûrement des pistes pour vous.
  • La colocation reste la solution la plus répandue pour trouver un logement à l’étranger : morningcroissant.fr
  • Chambre chez l’habitant : bedycasa.com – cohebergement.com – roomlala.com
  • Échange de chambres entre familles d’étudiants : swapandstudy.com
  • Autre site utile : housinganywhere.com/fr

 

Transport

  • Avion : il est préférable de repérer vos billets  sur les sites comparateurs, puis de les acheter sur le site officiel de la compagnie aérienne. Pensez à prendre vos billets à l’avance et à lire les conditions (enregistrement en ligne, dimensions et poids des bagages…) car celles-ci varient selon les compagnies.
  • Bus : plusieurs compagnies (Eurolines, Blablabus, Flixbus, etc.) desservent plus de 1500 villes européennes.
  • Train : les Pass Interrail vous permettront de voyager à prix réduit pendant une durée limitée.
  • Voiture : le covoiturage reste aussi une possibilité pour vous déplacer sans vous ruiner. Sachez que le permis de conduire français est reconnu dans les états membres de l’UE ou de l’Espace économique européen. Hors UE, vous pouvez conduire temporairement avec votre permis français, pendant une durée allant généralement de 3 mois à 1 an, selon les États. Certains pays exigent un permis international, document officiel qui est une traduction de votre permis français. Vous devez le demander avant votre départ de France.
  • Bateau : pour voyager avec ce mode de transport, informez-vous sur les lignes de ferry existantes : ferrylines.com et www.aferry.fr

 

Langues

Selon les projets, il n’est pas impératif de parler la langue du pays d’accueil.
Pensez toutefois à vous préparer et à tester votre niveau.
dialangweb.lancaster.ac.uk
bulats.org

Avant votre départ, imprégnez-vous de la langue du pays en utilisant des applis (Duolingo, Babbel…), en regardant vos films et séries en V.O, en participant à un café des langues ou à un tandem linguistique dans votre  ville, ou en échangeant en ligne avec des jeunes du monde entier.

 

Retour

Certaines démarches sont à engager avant de partir, d’autres dès votre arrivée en France.
Par exemple :

  • si vous souhaitez poursuivre vos études à votre retour, vous devrez anticiper votre réinscription à l’université,
  • si vous avez travaillé à l’étranger, vous devrez signaler votre retour en France au centre des impôts.

ufe.org
service-public.fr
diplomatie.gouv.fr

À savoir : le gouvernement a conçu un outil en ligne « Retour en France » pour tout savoir sur les démarches, délais et justificatifs qui vous seront demandés à votre retour en France.

Valoriser votre expérience

Votre séjour à l’étranger a boosté votre projet professionnel ? Faites-le ressortir dans votre CV et activez vos réseaux :

  • mettez en valeur sur votre CV les compétences acquises au cours de votre mobilité : adaptabilité, ouverture d’esprit, découvertes culturelles, perfectionnement linguistique…
  • illustrez votre expérience sur les réseaux sociaux professionnels et restez en veille.

 

 

Plus d’infos sur le sujet ?

N’hésitez pas à vous rendre au CRIJ, dans un BIJ ou un PIJ, c’est gratuit, ouvert à tous, anonyme et sans rendez-vous ! Vous y trouverez de nombreuses ressources et pourrez rencontrer un informateur jeunesse pour vous aider dans vos recherches.
Certaines structures peuvent également proposer des ateliers d’info sur la thématique.
Consultez www.crijinfo.fr/agenda pour consulter la date de notre prochaine animation au CRIJ à Orléans. Vous habitez une autre ville ? Contactez les BIJ et les PIJ.

Documents utiles

« Guide de l’expatriation : 15 clés pour partir l’esprit tranquille (nouvelle fenêtre) » (Ministère de l’Europe et des affaires étrangères), 2018.

Guide « Expatriation : la check-list (nouvelle fenêtre) » (Ministère de l’Europe et des affaires étrangères), 2018.

Sites Internet utiles

eurodesk.eu
Réseau européen d’information spécialisé dans la mobilité des jeunes en Europe : nombreuses ressources documentaires, liens et adresses utiles.

europa.eu/youth/Eu_fr
Informations par pays.

expat-blog.com/fr
Guide participatif de la vie à l’étranger, fiches pratiques par pays.

À lire aussi